Karité

Le saviez-vous?
Le commerce équitable appuie l’autonomisation des coopératives de femmes productrices de karité

La création de partenariats à travers le réseau équitable augmente l’accès des femmes à des formations qui renforcent leurs capacités en production, en gestion et en commercialisation. Ces apprentissages leur permettent d'acquérir les compétences nécessaires pour agir de façon plus efficace dans l’économie globale.

En Afrique de l’Ouest, le beurre de karité est surnommé « l'or des femmes » puisqu'il est souvent leur seul revenu pour subvenir aux besoin de la famille. Le processus de transformation demande beaucoup de travail, soit environ 6 heures pour obtenir 1kg de beurre. La vente de noix de karité sur le marché local est peu lucrative. Une dizaine de grandes entreprises achètent les noix à faible prix, via des intermédiaires qui ratissent les marchés locaux. Les noix sont exportées et transformées de façon industrielle en Europe et en Asie, ce qui ne laisse aucune valeur ajoutée pour les Africaines.
Sous le réseau équitable, les productrices de karité se sont regroupées en coopératives. La prime équitable sert à construire des centres de transformation locaux et à acheter les infrastructures nécessaires pour améliorer la qualité de leurs produits. De plus, le travail collectif réduit le temps de transformation. En exportant directement leurs produits en Europe ou en Amérique du Nord, elles en obtiennent un bien meilleur prix. Ces changements améliorent les revenus des femmes, tout en générant des impacts positifs sur les conditions de vie de leurs familles.
La production de beurre de karité requiert une quantité importante de bois de chauffage et d’eau. Dans un environnement sahélien, une pression accrue sur ces ressources devient un enjeu environnemental majeur.
Pour assurer la durabilité de la chaîne d’approvisionnement du karité, certaines coopératives ont mis au point des méthodes de production plus écologiques telles que l’efficacité énergétique et la gestion efficace des ressources naturelles, en particulier de l’eau. Certaines coopératives ont également opté pour une production biologique. Au Burkina Faso, une coopérative de femmes travaille même à la création de compost et de combustible écologique à partir des eaux usées et des coques d’amandes, qui sera utilisé comme source d’énergie et de revenu pour les femmes.

Comment produit-on le beurre de karité?

  • Le beurre de karité est fabriqué à partir des fruits du karité, un arbre présent dans 16 pays d'Afrique de l'Ouest.
  • Bien que le Nigeria produise 65% du karité, c’est le Burkina Faso qui en est le plus grand exportateur.
  • Selon le procédé utilisé, de 16 à 20 étapes sont nécessaires pour passer de la noix au beurre.
  • Les fruits sont récoltés et immédiatement dépulpés pour conserver uniquement la noix.
  • Les noix sont bouillies, rincées et séchées au soleil.
  • Les noix sont ensuite décortiquées. Les amandes ainsi obtenues sont lavées, triées et broyées avant d'être torréfiées sur un feu de bois.
  • Les amandes torréfiées sont moulues pour obtenir une pâte. Celle-ci est diluée avec de l’eau.
  • La pâte est barattée et lavée à plusieurs reprises.
  • Enfin, l’émulsion est chauffée, décantée et filtrée. Elle est maintenant prête pour l’emballage.
Et le consommateur dans tout ça?
  • Le beurre de karité est entièrement naturel et très riche en vitamines et en acides gras. Les femmes africaines et leur famille l'utilisent depuis fort longtemps pour protéger, soigner et hydrater la peau, les cheveux et les lèvres. Il sert également d'huile de cuisson pour l'alimentation de base.
  • 95% du beurre exporté est utilisé à des fins alimentaires, notamment pour remplacer le beurre de cacao dans la fabrication du chocolat.

Alors, qu’attendez-vous? Allez vous procurer des produits à base de karité équitable chez un détaillant près de chez vous!

Où acheter des produits à base de karité équitable
Autres produits équitables