Quinoa

Le saviez-vous?
La culture du quinoa équitable entraîne des pratiques agricoles durables dans les communautés andines

Aliment sacré des civilisations précolombiennes, le quinoa a été « redécouvert » en Occident au début des années 1970. Victime de sa popularité, le passage d’une culture traditionnelle de subsistance à une culture destinée à l’exportation s’est fait au détriment de l’environnement. Pour pallier cette situation, une partie de la prime équitable est obligatoirement versée à des projets pour la protection de l’environnement.

La demande croissante pour le quinoa a encouragé les communautés andines à maximiser leur production pour l’exportation, en étendant les cultures vers les plaines. Or, les plaines sont moins fertiles et beaucoup plus exposées au gel et au vent que les versants. Ironiquement, l’utilisation des pesticides et des engrais chimiques destinés à augmenter le rendement des terres s’est soldée par une diminution de la productivité à cause de l’érosion des sols.
Le prime équitable remise permet d’organiser des formations sur les techniques agricoles durables et respectueuses de l’environnement.
Sacrifiant les plaines jusqu’alors dédiées au pâturage, les communautés andines ont vite remplacé l’élevage par la culture du quinoa comme principale activité économique. Pourtant, les revenus générés par le quinoa sont moins stables (production irrégulière, épuisement des sols, volatilité des prix). L’orientation de la production du quinoa pour l’exportation se traduit par une perte de la souveraineté alimentaire des peuples andins, qui sont désormais dépendant du cours mondial du quinoa.
Le prix minimum garanti et la création de relations commerciales durables permet de sécuriser le revenu des personnes qui produisent le quinoa.
Les communautés andines sont isolées et ne disposent souvent que de peu d’infrastructures. À cela s’ajoute l’accès difficile à l’éducation et aux soins de santé. Le commerce du quinoa conventionnel générait des revenus insuffisants pour éradiquer le sous-développement.
Le regroupement des producteurs et des productrices en coopérative leur a permis de construire une usine de conditionnement. Le quinoa, ainsi transformé, rapporte davantage et crée des emplois locaux, contribuant à l'accroissement des revenus des producteurs andins tout en freinant l’exode rural. Cette augmentation des revenus, auxquels la prime équitable s’ajoute, s’est traduite par une hausse du niveau de vie. La culture du quinoa est devenue un intéressant vecteur de développement durable dans les Hautes Andes, où les ressources sont limitées. Elle a suscité un regain d’intérêt de la part des pouvoirs publics et des organismes internationaux, qui s’est lui-même traduit par de nouveaux investissements en infrastructures et des projets de développement.
En Bolivie, les femmes sont généralement cantonnées dans des activités domestiques et familiales. La culture du quinoa, qui s’ajoute à ces tâches, représente une charge de travail excessive pour elles.
Le regroupement en coopératives et l’adhésion aux principes et aux valeurs du commerce équitable ont également contribué à l’autonomisation des femmes indigènes boliviennes. Des programmes de formation et d’assistance technique ayant pour objectif de renforcer le rôle des femmes dans les coopératives aux postes de production mais aussi d’administration ont été mis en place. La prime équitable est investie dans les programmes de santé et d’éducation destinés aux femmes enceintes et aux enfants. Certaines coopératives permettent aux femmes de quitter le travail une heure plus tôt pour s’acquitter des tâches domestiques, sans toutefois retrancher cette heure de leur salaire.

Comment produit-on le quinoa?

  • Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le quinoa n’est pas une céréale, il est le fruit d’une plante appartenant à la même famille que les betteraves et les épinards.
  • Le quinoa est une protéine complète, c’est-à-dire qu’il réunit l’ensemble des acides aminés essentiels dont le corps humain a besoin.
  • Le quinoa est récolté dans les champs de la région andine.
  • À son arrivée à l’usine, il est débarrassé mécaniquement de son enveloppe.
  • Par la suite, on le fait tremper pour éliminer la saponine, une substance au goût amer produite par la plante.
  • Les grains obtenus sont séchés, triés et emballés.
Et le consommateur dans tout ça?
  • 90% de la production de quinoa est destinée à l’exportation.
  • 46% des ventes totales de quinoa sont issues du commerce équitable.
  • Le quinoa est très intéressant du point de vue nutritionnel puisqu’il est une source importante de protéines de qualité, d'acides gras polyinsaturés et de fibres alimentaires.

Alors, qu’attendez-vous? Allez vous procurer du quinoa équitable chez un détaillant près de chez vous!

Où acheter du quinoa équitable
Autres produits équitables